" />

espaces d encre

29 novembre 2014

Gaufrage

Gaufrage procédé  d'impression permettant d'obtenir des motifs en relief

pas envie de sortir la presse encore coincée dans le fatras post déménagement

alors

récupérer les lignes en relief des sacs de congélation, les disposer sur une feuille

appliquer une feuille à fort grammage (ici du papier fait main provenant d'Inde) préalablement humidifiée et faire apparaÎtre les reliefs de la matric en dessous en appuyant délicatement contre les contours.

gaufrage 006

g1 001

gaufrage 001

gaufrage 002

gaufrage 004

gaufrage 005

Posté par espaces d encre à 10:02 - Commentaires [3] - Permalien [#]


27 novembre 2014

monotype et Degas

monotype

Le monotype, en gravure est un procédé d'impression qui ne permet pas de faire plusieurs épreuves.

Il s'agit de recouvrir une surface non poreuse telle que le verre, le métal ou le plexiglas, d'une surface d'encre typographique, peinture à l'huile, gouache ou autre pigment.

Il suffit ensuite d'enlever la peinture pour révèler les blancs, dessiner.

Degas en a ét le précurseur.

Une technique apparentée à la gravure et qui me séduit par la douceur des dégradés obtenus, les infinies recherches d'outils laissant trace sur la plaque encrée.

IMG_0513

blue mood (2)

 

http://www.dailymotion.com/video/xiaakm_monotype-par-degas_creation

Posté par espaces d encre à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

12 octobre 2014

du bruit du bleu

Le bleu ne fait pas de bruit.

Le bleu est propice à la disparition.

cyanotype

bleu maulpoix

à lire , absolument

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cyanotype...disparaître

Posté par espaces d encre à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

et toujours du bleu...cyan et découverte du cyanotype

Le cyanotype est un procédé photographique ancien, par le biais duquel on obtient un tirage photographique bleu de Prusse: bleu cyan. Cette technique a été mise au point en 1842 par John frederick William Herschel.

 Une petite visite du site d'Amélie Julien http://www.amandinejulien.com, il n'en fallait pas moins pour que je tombe sous le charme et me lance, l'espace d'un samedi, dans l'aventure.

Je souhaitais trouver un procédé de tirage photos qui m'autorise une large gamme de formats, que je puisse faire avec peu de moyens, de façon autonome et qui me servirait de support à de futures gravure en surimpression et bien entendu le bleu...

et je fus séduite.

 

cyanotype 003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Amandine, lors du stage, m'a fait découvrir avec savoir faire et enthousiasme cette méthode alternative qu'elle affectionne et pratique régulièrement.

Le rendu est proche de la gravure, s'utilise sur toutes sortes de support, papier(comme ci-dessus),céramique, tissu.(ci-dessous)

cyanotype 001

Une fois le cyanotype obtenu, des virages de couleur peuvent être effectués en immergeant le tirage dans du thé par exemple ou autres..."chimisteries" à découvrir et expérimenter.

cyan thé 003

tirage de la première image...avec des ratées évidentes...et un virage au thé

De vastes horizons d'investigations futures ...

et n'hésitez pas à me faire part de vos remarques, suggestions, envies! Merci.

 

 

Posté par espaces d encre à 06:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

25 septembre 2014

passerelle poétique

le second livre paru grâce aux editions Corps Puce m'a permis de m'immiscer dans le monde du cirque équestre que j'avais eu la chance de connaître grâce à une mission éducation nationale auprès de l'académie du spectacle équestre de Versailles tenu sous la houlette de Bartabas...belle entrée en piste.

Me voici donc un matin de septembre 2012, rôdant autour du cirque Jules Verne d'Amiens, émue et soucieuse de la mission qui m'attend: produire des illustrations destinées à accompagner les poèmes de Dominique Cagnard, Gilbert Desmée, Mario Urbanet et Thierry Méricourt dans un livre "passerelles poétiques".

Errer autour des caravanes de ce monde qui me semble encore endormi, en guetter les odeurs, les premiers bruissements et frémissements animaux. C'est une tête ébouriffée d'un humain qui pointe. Celle de Benjamin Grain, directeur artistique de la troupe qui après un bref exposé du sens de ma présence là, m'autorise à pénétrer dans les coulisses du cirque. Me faire discrète, silencieuse pour ne pas effrayer les chevaux et  géner par le déclic ou le flash de l'appareil photo.

Je me pose parmi les fauteuils vides des rouges gradins, yeux grand ouverts, naseaux frémissants, prête à capter, enregistrer ce qui se meut et s'agite là, au milieu de la piste.

C'est un silence ponctué de poudreuses foulées martelées, de mots murmurés ou lancés tels lanières de fouet ponctant l'espace ouvert du cercle où s'imbriquent les pas mêlés de l'homme et de l'animal.

Dans le noir de ma place j'écris sans regarder la page, je dessine, trace. C'est à partir de ces traits que je devrai travailler.

Et plus tard dans la journée, la représentation. Aboutissement offert au public de ces heures de communion et de travail entre l'homme et le cheval.         

  perspectives cavalières  est un spectacle déroutant, envoutant dans lequel le plaisir et une forme de jouissance rare sont offerts au public, qui en feraient oublier si je ne les avais vues, les heures intenses de travail et de patience de ces acteurs du rêve équestre.

et le livre dans tout ça?  oui, un livre pour donner à voir, à lire, à garder et à notre façon de faiseurs de mots et d'images donner aussi à réver.

eh bien ce fut un rude travail.

Réapprendre à dessiner un cheval, percevoir sa musculature frémissante sous le pelage, la strcuture osseuse. Dessiner, beaucoup, patiemment à partir de livres, de magazines.

Dessiner jusqu'à en oublier l'exercice de la main et s'en libérer pour trouver le trait juste, la ligne d'encre qui dira l'effort du cheval, l'expression de son visage, la tension sous jascente de sa musculature.

il sourit 001

croupe de cheval

et puis comment dire le cecle de la piste, les visages dans l'obscurité aux aguets? Quel outils, matière, support pour rendre la vitesse, la couleur, l'obscurité et la lumière de la piste?

Chercher, essayer et puis bien sûr l'évidence! le noir! C'est du noir que naît le spectacle, les lumières de la rampe.

portes du désert 1 001

 

Passerelle poétique

avec le cirque équestre

ouvrage collectif

quatre poètes et une plasticienne

Editions Corps Puce et Pöle national cirque et arts de la rue, Amiens

collection Liberté sur Parole

 

Posté par espaces d encre à 09:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


22 septembre 2014

rentrée littéraire

   malgré la retraite éduction nationale,

rentrée il y a

littéraire toutefois,

et mazette! ...

deux livres d'un coup!

 

Constantin Kaïeteris

illustrations Brigitte Dusserre Bresson

couverture

De la tête aux pieds

et des pieds à la tête

Editions Corps Puce

Collection Le Poèmier(volume27)

Poèmes pour petits et grands à se mettre en bouche, "petits poèmes du corps par coeur" selon l'auteur.

14€

Illustrer, accompagner dans l'espace du livre les mots d'un auteur que l'on ne connaît pas et pour lequel je me sens un devoir de respect de ce que l'écrit véhicule. Quoi dire, montrer lorsque le sujet peut s'avérer délicat? Prendre le parti du spontané, d'une certaine fraicheur, douceur et y saupoudrer une pointe d'humour empruntée à Gotlib...

le cou 001

les doigts 001

 

 

 

 

de la tête aux pieds

des pieds à la tête

 

des bouts du corps à regarder autrement

pour décliner les jeux des mots égrainés au cours de ces textes de Kaïteris

 

Sur un coup de tête,

elle fait la tête,

la tête.

C'est qu'elle est têtue

et change de pensée comme de chapeau.

 

bonne lecture et la bise !....

bouche3

Posté par espaces d encre à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 septembre 2014

petites choses simples

au milieu du fatras , des piles de cartons, de sacs remplis,

déménage 005

de tout ce q'une portion de vie a amoncelé,

et qui se déménage ,

focaliser sur l'essentiel

 

                                          ces petites choses simples du quotidien

On peut faire de l'art à partir de choses simples, humbles ; les petites choses peuvent être transcendentales…” Antoni Tàpies

clé 003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par espaces d encre à 09:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2014

images d'une femme

Découverte du jour

grâce au blog de - l'histoire par les femmes -

qui révèle ces personnages féminins peu ou mé -connus qui ont marqué, à leur façon, l'histoire de l'humanité

Vivian Maier (1926 - 2009) est une photographe de rue américaine dont le travail impressionnant a été découvert par hasard après sa mort. Une nounou, qui a trimballé toute sa vie son appareil, a photographié sa vision du monde et  accumulé dans des cartons qu'elle emmenait lors de ses déménagements, ce qu'elle nommait "sa vie". Lors d'une vente aux enchères, son oeuvre a été découverte et montrée. Des histoires sans mot, des portraits poignants, des clins d'oeil amusés à une vie de rue qui passe et demeure.      www.vivianmaier.com

            à découvrir

Posté par espaces d encre à 06:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 septembre 2014

geste d'encre

puisque d'espaces d'encre il s'agit ...

 

encre: substance liquide résultant de la mise en solution de colorants d'origine organique, végétale, minérale ou chimique dans un solvant ...

 

et en cela donc, il y a "solution"

il s'agira de mélanges, d'eau, de dilution.

L'encre relève du flot, du fluide, de ce qui fuit et pourtant laissera, indélébile, sa trace.

 

 

 

 

 

 

 

 

à regarder ces deux images, on comprend qu'il s'agira d'un corps à corps, d'une implication totale allant par la maitrise du geste

 

 

 

de l'infime au plus grand.

 

Shinishi Maruyama travaille le geste du pinceau chargé d'eau, l'éphémere conservé par la trace photographique.

Fabienne Verdier inscrit le geste .

http://fabienneverdier.com/    

des videos de son travail

regarder...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par espaces d encre à 09:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

29 août 2014

encore du bleu ... de la tarlatane...et de l'enduit.

Bonjour, malgré le déménagement-aménagement un peu cahotique dans mon nouveau lieu de vie, je reprends la plume virtuelle des touches de clavier, ne négligeant cependant pas le pinceau et l'encre, indispensables à mon équilibre.

Alors, ne pouvant résister à l'appel du grand bleu et lassée d'appliquer l'enduit sur les murs de mon futur local de travail, j'ai filé vers deux toiles se trouvant à proximité et comme évidemment, des bouts de tralatane trainaient par là eh bien... ce qui devait arriver, arriva , et voila le résultat.

dans les plis de l arche 003

et l'encre dans tout ça?

après les couches d'enduit, le tissu mouillé qui impose ses plis, le brillant et gras de la peinture à l'huile, l'encre dans ses bleus choisis, pose indélébile et immuable ses accents de tendresse, de vigueur , de transparence .

L'encre vit sa vie, elle est imprévisible, difficile à dompter comme le flot de l'eau, elle n'autorise pas la retouche, l'erreur et la mainpuler du bout du pinceau exige maitrise et lâcher-prise en même temps. à peine posée elle file, s'incruste dans les couches pré existantes . il faut observer et autoriser ses dérives, s'en accomoder et oser la défier pour aller parfois, plus loin, ajouter une tonalité plus forte et surtout savoir s'arréter avant de perdre le juste équilibre des matières, des formes, des intensités.

Posté par espaces d encre à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,